AccueilPartenairesContactez-nous Facebook YouTube Instagram Infolettre BlogueEnglish

25 ans déjà! par le Vignoble La Bauge

12 février, 2018, par

Notre série continue avec La Bauge, protagoniste de ce 2 ème épisode.

Simon Naud a repris le vignoble de son père (Alcide Naud) sur les terres de Birgham, dans la vallée de Brome-Missisquoi. La composition du sol explique la particularité minérale que l’on retrouve dans leurs vins blancs. En effet, cette partie du Québec est recouverte de dépôt glaciaire silto-sableux, et était anciennement submergée par la mer de Champlain.

Alcide Naud, fondateur du vignoble

Alcide Naud, fondateur du vignoble, 1990

Au-delà de l’apport nutritionnel de la terre, le vignoble apporte beaucoup d’animations, de visite et est évidemment un lieu d’organisation de mariage incontournable, au pied des Appalaches. Simon Naud, actuel propriétaire du vignoble La Bauge, s’est prêté au jeu de notre questionnaire et nous raconte ses histoires juste ci-dessous.

 

Fête des vendanges Magog-Orford : Qui était Simon Naud à 25 ans?

Simon Naud : Un jeune vigneron qui reprend l’entreprise familiale; le vignoble La Bauge.

FDVMO : Un souvenir marquant de la Fête des vendanges Magog-Orford?

SN : Ma première fête des vendanges avait lieu, je crois que c’était au centre d’art d’Orford, au pied du mont. Il me semble que ce n’était ni plus ni moins qu’une exposition-dégustation. Car à mon souvenir, je ne crois pas que nous pouvions vendre des bouteilles de vin aux clients à cette époque.

FDVMO : Avez-vous vécu un progrès notoire dans le monde vinicole?

SN : J’ai vécu toutes les étapes, de l’obscurité où nous ne pouvions pas vendre nos bouteilles hors du vignoble, à la possibilité de faire déguster nos vins dans certaines foires. Seules les dégustations alors, pouvaient être payantes. Ensuite, nous pouvions vendre des bouteilles dans les foires agricoles. C’était sous condition de transporter notre chaîne d’embouteillage et de simuler l’extension de notre lieu de production. En 1996, je me souviens de l’obtention du droit de vendre en restauration sans avoir le droit de livrer les bouteilles. En 2000, c’étaient les entrées en tablettes de quelques IGA sous la forme de marché public (contesté par la SAQ et saisi par la RACJQ). Puis en 2002, c’était l’entrée en SAQ. Enfin, la dernière avancée date de 2016 avec le droit de vendre en épiceries…

Le Patriarche la Réservé, vin marquant le Vignoble La Bauge

 

FDVMO : Parmi vos produits, quelle bouteille conseillez-vous pour nous permettre de (r) avoir 25 ans?

SN : J’ai choisi une bouteille spéciale. Ce n’est pas une de nos premières cuvées, mais elle est symbolique pour nous. Elle soulignait les 10 ans du départ du fondateur de notre vignoble; Alcide Naud (viticulteur de 1986-1997). Nous l’avons ainsi appelée Patriarche La Réserve 2007 en son honneur.

 

Passons au futur dès à présent.

FDVMO : Comment voyez-vous le vin québécois d’ici 25 ans?

SN : L’industrie 4-5 fois plus importante qu’à présent.

FDVMO : Encore plus loin, quel est le vin du futur?

SN : Pinot noir du Québec avec une belle expression et une belle structure…

Nous remercions toute l’équipe du Vignoble La Bauge de nous avoir accordé ce temps et retrouvez toutes les informations pour visiter ce magnifique vignoble en cliquant ici. Et surtout, n’hésitez pas à goûter leurs vins blancs!

Santé!

Vignoble La Bauge

Vignoble La Bauge